Sep 23 2013

Le géant pourrait interdire les cookies tiers sur Chrome. La mesure menacerait les sociétés spécialisées sur le ciblage publicitaire.

Google

S’il se concrétisait, le projet serait de taille à doucher l’enthousiasme de Criteo, le petit français en passe de faire son entrée Nasdaq . Selon USA Today, Google travaillerait à son propre système de traçage des internautes. Il remplacerait les « cookies tiers », ces fichiers créés par un tiers (régie publicitaire, société de mesure d’audience, etc.) et téléchargés sur l’ordinateur de l’utilisateur lorsqu’il visite un site. Ces cookies servent notamment à identifier – mais de manière anonymisée – un internaute et à surveiller ses habitudes pour lui proposer des publicités ciblées selon ses goûts. Google pourrait développer son propre système d’identifiant, anonyme. Un porte-parole de la société a d’ailleurs expliqué à « USA Today » que « des améliorations technologiques pourraient, dans ce domaine, améliorer la sécurité des utilisateurs tout en assurant la viabilité économique du Web. Google et plusieurs autres sociétés ont des idées, mais elles sont encore peu avancées ».

Ce nouveau système pourrait changer la donne. Google, qui, selon les estimations, pèse un tiers de la publicité en ligne dans le monde, pourrait décider de l’installer sur Chrome, en passe de devenir le navigateur Web le plus populaire de la planète devant Internet Explorer de Microsoft et Firefox de la fondation Mozilla. Il prendrait alors de court des dizaines de sociétés dont l’activité dépend du traçage réalisé grâce à ces cookies (dont le français Criteo) et renforcerait son poids dans la chaîne de valeur publicitaire. Le géant américain aurait en effet accès à des données supplémentaires, qu’il pourrait valoriser avec son propre système de ciblage publicitaire. L’internaute pourrait néanmoins conserver la possibilité de limiter le traçage par Google en modifiant les paramètres de son navigateur. Il pourrait aussi créer un « identifiant secondaire » pour masquer certaines sessions de navigation. L’identifiant serait, en outre, remis à zéro tous les ans.

L’initiative de Google ne serait toutefois pas une première. Apple utilise déjà un tel système propriétaire. Depuis son lancement en 2003, la firme à la pomme interdit les cookies tiers sur son navigateur Safari et utilise ses propres identifiants sur sa plate-forme mobile iOS. Mozilla, de son côté, a annoncé cette année qu’il pourrait bloquer par défaut les cookies tiers sur ­Firefox.

Source : http://www.lesechos.fr

Related news


About Author